Montreal

Aprés Toronto, nous sommes partis vers Montreal. Nous avions prévu de faire les 500km d’autoroute qui les séparent dans la journée, mais nous avons finalement rendu le trajet un peu moins monotone (les 4 voies limitées à 100km/h, c’est vite ennuyeux) en passant un certain temps sur les petites routes parallèles qui nous ont permis d’avoir un apercu de la région des milles-iles.

montroyal

Montreal ne nous a pas particulièrement plu, trop de travaux et de touristes. Par contre les parcs nous ont enchantés, aussi bien celui du mont-Royal (photos ci-dessus) que celui sur les iles du Saint-Laurent (photos ci-dessous). Nous avons aussi mangé de la fameuse poutine, qui se résume quand meme à des frites avec une sauce indéfinie et du fromage fondu…

iles

Le clou de notre visite fut sans aucun doute la cathédrale Notre Dame. Remplacant une première église de 1672, l’église actuelle fut construite de 1824 à 1829.

dame1

Cette église de style néogothique en pierre grise de Montréal est lacréation de l’architecte new-yorkais James O’Donnell. Les deux tours nommées Persévérance et Tempérance, dessinées par l’architecte John Ostell, furent ajoutées entre 1841 et 1843.Entre 1870 et 1900, la décoration intérieure de l’église est totalement refaite. Inspirée par le style et le symbolisme de la Sainte-Chapelle à Paris, la décoration polychromique n’a gardé du décor original que les piliers fasciculés en bois et les plafonds imitant des voûtes d’ogives.

dame2

Une large fenêtre qui occupait à l’origine la majeure partie du chevet – une East window d’inspiration britannique, peu appréciée des Montréalais qui la trouvaient trop aveuglante – est condamnée et remplacée par un grand retable très élaboré et des puits de lumière percés au sommet du chœur et de la nef.

dame

Pour souligner les fêtes du centenaire de Notre-Dame en 1929, le curé Olivier Maurault amasse les fonds nécessaires pour la réalisation de nouveaux vitraux de la basilique évoquant la vie religieuse et sociale du temps de Ville-Marie. L’artiste québécois Jean-Baptiste Lagacé en dessinera les cartons et ils seront réalisés à l’atelier de Francis Chigot à Limoges, en France.

vitrail

Accolée à l’église se trouve la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur. Inaugurée le 8 décembre 1891, jour de la fête de la Vierge, elle affichait un style néo-gothique riche en motifs sculptés. Depuis sa reconstruction réalisée de 1979 à 1982 après un grave incendie, une voûte en treillis d’acier triangulé et lambrissé de bois, moderne et d’une grande simplicité, semble flotter au-dessus de la nef tout en étant symboliquement appuyée sur les colonnettes du XIXe siècle, sans les toucher. La lumière entre de chaque côté de la voûte et remplit l’espace entre le décor gothique reconstitué et l’enveloppe moderne.

chapelle

L’autre moment fort fut la visite du jardin botanique qui accueille chaque automne une exposition de lanternes chinoise vraiment féérique. Le seul soucis était que nous étions véritablement collés les uns aux autres,la largeur des allées n’étantpas vraiment adapté au nombre de visiteurs!

lanternes2lanternes

PrintEmailShare

Rencontres canadiennes

Outre les écureuils, les tamias et les oies sauvages que je vous ai déjà présentés, nous avons croisé de nombreux animaux pendant notre périple.

D’abord, de nombreux oiseaux: un trés beau héron, un pivert (d’assez loin, mais quel bruit!) et plusieurs fois des dindes (sauvages ou non, nous ne sommes pas surs). Elles étaient toujours par petit groupe au bord de la route, et ce n’est vraiment pas un bel animal!animaux Et puis un soir en allant manger prés d’un parc naturel, nous avons croisé une biche et un renard. SI le renard s’est enfuit, la biche avait plutot l’air de vouloir nous approcher… nous avons ensuite appris que les habitants les nourissent, et qu’elles ne sont donc pas farouches pour un sou.

 

Nous n’avons malheureusement pas croisé de caribou (on a essayé pourtant!) mais nous avons trouvé une belle empreinte, c’est déjà ca!empreinte

PrintEmailShare

Toronto

Toronto est une ville qui nous a beaucoup plu, avec tous ses quartiers si différents mais toujours pleins de vie. Nous avons trouvé une auberge de jeunesse dans le quartier chinois qui nous a réservé une belle surprise: la chambre en sous-sol n’avait aucune fenetre, comme tout l’etage d’ailleurs. Et elle était juste assez grande pour contenir le lit et une mini table. Au moins, nous dormions au calme!

phone

Les affiches en bas à droite de l’image nous ont bien plu: « les pauvres existent parce que les riches gardent tout pour eux-meme » et »Arrétez de regarder votre téléphone ». Message important pour nous dont les téléphones ne fonctionnaient pas au Canada, et qui les avons donc laissé dans le sac pendant tout le voyage 😉

Nous avons commencé notre visite par la Casa Loma, sorte de petit chateau récent qui nous a beaucoup fait penser au Neuschwanstein (mais si, vous savez, le chateau de Disney). Connue sous le nom de « Maison sur la colline » en raison de son emplacement dominant la ville, la Casa Loma est un château de 98 chambres, construit entre 1911 et 1914. Cette résidence fut conçue par l’architecte Edward James Lennox dans une combinaison de styles architecturaux propres à l’esprit éclectique de l’époque. Elle réunit ainsi notamment les styles normand, néogothique, roman tardif et Scottish baronial. Son propriétaire, Sir Henry Pellatt, y résida de 1914 à 1923. Il fut alors contraint d’abandonner sa résidence aux couts d’entretien faramineux pour des raisons financières.

chateau

La tour CN est certainement le symbole de la ville de Toronto et la signature de son panorama urbain. Haute de 553,33 mètres, elle était la structure autoportante la plus haute du monde jusqu’en 2007, année durant laquelle elle a été dépassée par le Burj Khalifa. Elle est reconnaissable à sa forme étirée coupée par une sphére dans laquelle se situe un restaurant tournant.

tours

Le quartier historique, nommé Distillery District et situé dans le coin sud-est du centre-ville, est l’exemple de zone industrielle d’architecture victorienne le plus important et le mieux conservée d’Amérique du Nord. Ce quartier piétonnier est maintenant orienté vers les arts, la culture et le divertissement. Il y a des grafitti dans toute la ville, souvent trés réussis.

murs

Un dernier message mural pour la fin: les ingrédients venus de loin pour des nuits allant encore plus loin. Avec de la Jägermeister, évidemment!

frafetched

PrintEmailShare

Niagara

Passage obligé dans la région de Toronto, nous sommes allés voir les chutes du Niagara. Et pour les admirer sous tous les angles, nous avons décidé de les voir par en-dessous en prenant le bateau, puis par au-dessus en hélicopter. Je dois avouer qu’elles m’ont semblées plus impressionantes vu du bas, mais c’est peut-etre parce que j’étais trop impressionnée par l’hélicopter en lui-meme!niagara

porteAutour des chutes, il y a un grand complexe d’hotels et de casino, Niagara est d’ailleurs surnommée le Las Vegas canadien. De grands barages hydroliques précèdant les chutes produise une grande quantité d’electricité, mais permettent de plus de réduire l’érosion des chutes, qui sans cela se déplacerait un peu plus chaque année.

La région alentour est trés plate. Nous l’avions déjà vu lors de notre arrivée en avion, mais c’était encore plus impressionnant prés des chutes.

helico

 

PrintEmailShare

Barrie, Ontario

Notre voyage au Canada est déjà fini, aprés presque un an à en parler à tout le monde. Tout s’est trés bien passé, et nous nous sommes meme remis du décalage horaire.

mNous avons passé le début et la fin de nos vacances à Barrie ou nous avons passé de trés bons moments chez nos amis.

Barrie, à 65km au Nord de Toronto, a à peu près le meme nombre d’habitants qu’Ingolstadt (environ 120 000), mais on sent bien que l’on se trouve  de l’autre coté de l’atlantique: des routes trés larges, des zones commerciales à perte de vue et de grandes zones résidencielles avec des maisons assez belles mais à l’air peu solide.

La ville est située au bord du lac Simcoe, qui est quand meme le quatrième plus grand lac d’eau douce d’Ontrio avec une superficie de 725km².l

Nous avons croisé de nombreux animaux, dont des oies sauvages se préparant à migrer, et des tamias, petits rongeurs que l’on connait dans les dessins animés pour leur capacité à stocker la nourriture dans leurs joues (Tic et Tac!). Ils sont tous petits et rapides, dur pour le photographe!a

Et surtout, des écureuils par milliers. Nous les avons retrouvés partout ou nous allions, curieux et trés mignons, mais envahissants pour les locaux.

e

 

PrintEmailShare

Oktoberfest

Et voila, l’automne pointe son nez, les enfants ont repris le chemin de l’école… et l’Oktoberfest a commencé, à Ingolstadt et à Munich. Quand des amis viennent de Paris pour ca, et qu’en plus il fait un temps estival, il n’y a plus aucune raison de ne pas en profiter!defile2

Nous avons profité samedi d’un défilé traditionnel, bien plus personnel qu’à Munich. Toutes les associations locales étaient représentées: beaucoup de pompiers volontaires, de fanfares et de clubs de tir, mais aussi les miss locales, des représentants des villes jumelées et des forains.

defile3 defile

Dimanche nous nous sommes rendus à Munich, ou la taille démesurée des tentes nous fut rendue d’autant plus marquante par le contraste.

munich_all

PrintEmailShare